Bulletin d’information du MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA RECONCILIATION N° 136 : SEPTEMBRE-OCTOBRE 2006 
 
Pour une citoyenneté européenne de résidence 
 
La Charte européenne des droits fondamentaux proclame en sont préambule qu’elle "place la personne au coeur de son action en instituant la citoyenneté de l’Union". Malheureusement, depuis le traité de Maastricht, est citoyen(ne) de l’Union européenne (UE) toute personne qui a la nationalité de l’un des Etats membres. Ceci exclut 15 à 20 millions de (non?) personnes parce qu’elles ont la nationalité d’un Etat tiers. Jusque-là, les pays qui avaient donné le droit de vote, l'avaient attribué à tous les étrangers quelle que soit leur nationalité. Le traité de Maastricht a introduit une discrimination entre étrangers, non en fonction de leurs qualités propres, de leur degré d’intégration,… mais seulement de leur nationalité. Pour mettre fin, au moins partiellement, à cette discrimination au niveau du droit de vote, une pétition a été lancée pour que la citoyenneté de l’Union soit attribuée à tous les résidents quelle que soit leur nationalité, car, de plus en plus, la résidence est un critère d’attribution de droits qui, hier, étaient réservés aux seuls nationaux : droit d’expression, d’association (y compris politique), de syndicalisation, de manifestation… 
Cette pétition est soutenue par plus de 400 associations de 13 pays de l‘Union. Les signatures seront prochainement remises au président du Parlement européen. La pétition peut être signée en ligne sur le site de la FIDH, elle est en 22 langues européennes. N’hésitez pas à y ajouter votre signature : http://www.aedh.net/petition_million/petitionmillion.htm 
Paul Oriol