MIGRATIONS SOCIETE


ENFANTS D'EUROPE

Europe n'est pas cette blonde aryenne aux yeux bleus que beaucoup imaginent ! En réalité, c'est une princesse phénicienne, syro-libanaise, qui fut enlevée par Zeus, déguisé en taureau. Elle lui donna 3 enfants qu'on pourrait dire: "beurs", "deuxième génération" ou "enfants de couple mixte" d'autant que le père est un dieu (ou taureau) !

L'un deux enfants, Minos, eut une fille tuée par les Athéniens qui furent condamnés pour cela à livrer chaque année, en Crète, un tribut humain au Minotaure. Jusqu'au jour où une autre de ses filles fournit à Thésée le fil qui lui permit de sortir du labyrinthe après avoir tué le Minotaure.

Après leur mort, Minos et un de ses frères Rhadamanthe devinrent juges aux enfers !

Ainsi donc nous sommes avertis depuis l'Antiquité. La peine sera lourde ici-bas si nous portons atteinte à la vie des enfants d'immigrés qui, de toute façon, seront nos juges dans l'au-delà !

 

 

L'AUTRUCHE REPUBLICAINE !

Une note parue dans Migrations société constatait un taux de rejets et d'ajournements des naturalisations par décret très variable suivant la nationalité des demandeurs et posait une question grave. Voici la teneur de cette note :

"Si 3 candidats sur 4 obtiennent satisfaction, les avis défavorables varient énormément en fonction de l'origine : le taux va de 9,84% pour les Portugais à 48,34% pour les Sénégalais !
En moyenne, les Européens (Portugais, Italiens, Espagnols, Polonais, Yougoslaves) ont moins de réponses défavorables (12, 01%) - à l'exception des Roumains (22,62%) - que les originaires des autres continents. Les Chiliens ont un taux, 13,47%, "européen".

Viennent ensuite les ressortissants de la péninsule indochinoise (20,82% d'avis défavorables) et les Mauriciens (20,37%). Les Maghrébins (24,83%) obtiennent la moyenne tandis que les taux montent pour les originaires du Proche-Orient (33,44%). Ces sont les Orientaux (36,12%) et les Africains noirs (36,50%) qui ont le taux le plus important. Les Sénégalais avec un avis défavorable environ une fois sur deux détiennent le record.
L'éventail des rejets est-il le reflet de l'échelle colorimétrique de l'intégration à la française ? "

Pour savoir si l'échelle des valeurs de l'intégration à la française avait évolué, nous avons voulu voir quelle était la situation actuelle. Les données de 1996 et de 1997 (voir tableaux) ne semblent pas montrer d'évolution importante par rapport aux constatations antérieures. Mais, stupéfaction, ces données n'apparaissent pas dans les brochures concernant les années 1998 et 1999 publiées en 1990 et 2000 ! C'est probablement par manque de place dans une brochure qui s'enrichit chaque année, la pagination est passée de 74 pages en 1993 (66 en 1994) à 118 en 1999 sans ces données.

Il n'est pas pensable qu'il y ait une relation entre la note parue dans Migrations société en 1998 et la disparition de ces données dans la brochure de 1999. Mais cet "oubli" se renouvelant, il y a là cependant quelque chose d'inquiétant. La situation s'est elle aggravée entre temps au point de rendre les chiffres non publiables ?

Signaler un dysfonctionnement devrait, en République, permettre de voir où se situe le problème et d'y porter remède. Censurer des données chiffrées revient à couvrir ce dysfonctionnement et peut faire croire qu'il s'agit là d'une politique honteuse mais consciente !

 

*Les naturalisations de 1992 à 1995 Migrations Société n°57 mai-juin 1998

 

Tableau 1 : NATURALISATIONS PAR DECRET 1996


Naturalisations

Rejets et ajournements

%

ESPAGNE

403

22

5,5

ITALIE

501

28

5,6

PORTUGAL

2296

164

7,1

POLOGNE

607

56

9;2

YOUGOSLAVIE

1109

141

12,7

LAOS

897

125

13,9

CAMBODGE

1706

256

15,0

LIBAN

1520

248

16,3

TUNISIE

2605

509

19,5

ALGERIE

8934

1805

20,2

VIETNAM

1822

378

20,7

MAROC

8117

1861

22,9

IRAN

630

159

25,2

TURQUIE

1922

503

26,2

SENEGAL

434

155

35,7

 

Tableau 2 : NATURALISATIONS PAR DECRET 1997

 

Naturalisations

Rejets et ajournements

Rapport

SUISSE

74

5

6,8%

ITALIE

555

40

7,2%

PORTUGAL

2496

204

8,2%

POLOGNE

630

85

13,5%

YOUGOSLAVIE

965

197

20,4%

LIBAN

1311

284

21,7%

LAOS

821

180

21,9%

CAMBODGE

1642

388

23,6%

VIETNAM

1558

431

27,7%

TUNISIE

2611

727

27,8%

MADAGASCAR

330

93

28,2%

ALGERIE

8786

2871

32,7%

MAROC

8427

2837

33,7%

TURQUIE

2221

871

39,2%

SENEGAL

516

279

54,1%

 

 

PAS DE CHARTER DE LA REGULARISATION EN ESPAGNE !

La France n'est pas le seul pays a avoir des sans-papiers. Elle n'est pas la seule non plus à ne pas savoir qu'en faire; à ne pas savoir faire la seule chose à faire les régulariser.

Le Gouvernement espagnol avait cru trouver une solution élégante pour dire et ne rien faire. Il a proposé un charter aux sans papiers équatoriens pour rentrer au pays, régulariser leur situation et revenir en Espagne. Ils sont 24 000 à accepter le marché !

Aussitôt les Gouvernement a fait marche arrière ! Mais il n'a pas proposé de les régulariser sur place ! Ce qui prouve bien sa mauvaise foi et, comme ailleurs, il laisse à la disposition d'employeurs sans scrupules une main d'œuvre qui a bien montré sa volonté de sortir du travail dissimulé.

 

SUR LE CHEMIN DE MONSIEUR SEGUIN

M.Seguin ne connaissant pas bien Paris cherchait le chemin de l'Hôtel de ville dans le 18ème. Pour notre grand bien, il y a trouvé son chemin de Damas : et le voilà converti au droit de vote aux élections municipales pour les personnes venant de pays de la Francophonie ainsi qu'à la régularisation des sans-papiers inexpulsables !

Bien sûr, M.Seguin est encore loin de la régularisation de tous les sans-papiers et du droit de vote pour tous les résidents étrangers ! Mais comme il est encore loin de l'Hôtel de ville, on peut espérer de nouvelles découvertes et un approfondissement de sa conversion.

En attendant, comme le principal obstacle institutionnel à la généralisation du droit de vote est le Sénat, le bruit court que des organisations de résidents étrangers sont en train de monter une agence de tourisme pour les Sénateurs "voyages organisés dans le 18ème" ! Avec l'espoir que les mêmes causes auront les mêmes effets ! Pour la régularisation des sans-papiers, il a été demandé à Daniel Vaillant de promener discrètement Lionel Jospin dans l'arrondissement.

 

Ionesco, réveille-toi, ils sont devenus fous !

Pour obtenir un visa de court séjour, il fallait du temps du gouvernement Juppé un "certificat d'hébergement". Une exigence qui a paru, un moment, exorbitante et a entraîné de grandes manifestations qui n'ont pas été étrangères à la dissolution de l'Assemblé nationale en 1997 et à la victoire de la gauche.

M.Jospin, arrivé au Gouvernement, a donc supprimé les "certificats d'hébergement" et les a remplacé par des "attestations d'accueil" !!! Cela ne suffit pas ! Ainsi à Bucarest, une fois le dossier transmis à l'administration française locale, il faut faire la queue tous les matins devant l'ambassade pour obtenir le fameux visa…. Mais "l'attestation d'accueil" ne suffit pas, elle peut être fausse. Il faut donc téléphoner, de France, pour confirmer la dite attestation. On est alors aiguillé sur un répondeur-enregistreur - ni en roumain, ni en français, mais en anglais - qui demande de confirmer l'attestation ou d'envoyer un fax ! Quelque temps plus tard, l'invitant est contacté par l'ambassade de France en Roumanie pour confirmer, en français, la confirmation !!!

Désormais, pour avoir un visa, il faut que la personne invitante fasse une attestation d'accueil, ait le téléphone et comprenne l'anglais !!!

A cœur vaillant, rien d'impossible !

France, terre d'accueil ! La loi stipule que les étrangers retenus dans les zones d'attente doivent être entendus dans leur langue maternelle. Le ministère de l'Intérieur a décrété quelques modifications de la géographie linguistique mondiale : ainsi le Monde (06/01/01) nous apprend que, pour le ministère, la langue "maternelle" des Iraniens, des Turcs et des Kurdes est l'arabe, celle des Tamouls, des Roumains, des Bulgares, des Polonais et des Italiens, l'anglais ! Quant aux Peuls, aux Vietnamiens, c'est le français. Le ministère de l'Intérieur estime qu'il a fait des efforts importants en recrutant une vingtaine d'interprètes.

On frémit à l'idée de ce qui se passait dans ces centres, à la qualité des entretiens avant cet effort. Dans quelle langue, les fonctionnaires ont-ils pu dialoguer avant de décider d'autoriser ou non l'entrée des étrangers sur le territoire ?

 

Jésus 2000

 

 

C'est le nom collectif d'une cinquantaine de citoyens belges qui ont revendiqué l'enlèvement dans les crèches de 19 de "petits jésus" dont 5 à Bruxelles? Ces enlèvements temporaires sont destinés à alerter l'opinion publique sur "l'accueil fait en Belgique aux réfugiés du monde entier". Le collectif pose la question : " Comment Jésus, fuyant les persécutions de son pays d'origine, aurait-il été accueilli en Belgique, en l'an 2000 ?".

Composez le 17 ou le 117 !

 

…pour lutter contre l'immigration clandestine, le site internet de l'UNOSTRA (Union nationale des organisations syndicales des transporteurs). Les Pouvoirs Publics Français ont mis en place à l'usage des transporteurs routiers et de leurs conducteurs une procédure d'alerte téléphonique leur permettant d'informer les

autorités de police et de gendarmerie de la présence de clandestins à bord de leurs véhicules : il suffit de composer le 17 depuis un téléphone fixe ou le 117 depuis un téléphone mobile et d'annoncer le nom de code "ALIC" (aide à la lutte contre l'immigration clandestine) pour enclencher la procédure.

HISTOIRE DE JEUX Paru dans MIGRATIONS SOCIETE N°72 novembre-décembre 2000

Les Jeux olympiques sont à la gloire du sport, de la jeunesse, de la beauté… Ils ne sont en rien politiques. Sauf, biensûr, ceux de 1936 que le méchant Hitler avait voulu transformer en démonstration de la supériorité de la race aryenne. Heureusement, les grandes démocraties, aidées de quelques athlètes noirs dont Jesse Owens, (vainqueur du 100m, du 200m, du saut en longueur et du 4 fois 100m) ont su résister L'honneur est sauf.
Pourtant…, un article du monde du 17-18/09/00, nous raconte une face bien moins médiatisée des J.O et des démocraties. Justement, Jesse Owens ne devait pas courir le 4 fois 100 mètres. Mais Jesse Owens et Ralph Metcalfe (un autre noir) sont alignés au dernier moment dans l'équipe qui vagagner le relais. Pourquoi ? Parce que les 2 titulaires, Marty Glickman et Sam Stoller, sont juifs ! Les nazis seraient intervenus auprès du responsable étasunien du CIO -"lui-même non dénué de sympathie pour les thèses racistes de ses hôtes"… "Quant à l'entraineur américain, il était membre d'une orgnisation pronazie" !
A son retour, Jesse Owens, quadruple médaillé d'or, est fêté triophalement aux Etats-Unis mais c'est Glenn Morris, un blanc, qui a gagné le décathlon qui recevra la médaille du meilleur athlète étasunien de l'année. Et Jesse Owens fait remarquer que si Hitler ne lui a pas serré la main, le président des Etts-Unis non plus et qu'il a continué à monter dans les bus par la prote arrière, la porte avant étant réservée aux blancs.

ARMES BLANCHES, AMES NOIRES Paru dans MIGRATIONS SOCIETE N°69-70 mai-août 2000

Tout un chacun le sait bien, aux Etats-Unis, avoir une arme à feu est un droit fondamental. C'est une reconnaissance du rôle essentiel que ces armes ont eu dans leur histoire notamment dans le génocide des indiens. Ce droit est historiquement intouchable. Encore que..: "Un mur de la honte contre les armes à feu", vient d'être érigé sur lequel sont inscrits les noms des victimes des armes à feu. C'est ce que nous apprend le Monde du 20 avril. Etonnant alors que la criminalité est en régression. Mais si l'on en croit le maire de Denver, la fusillade de Columbine a permis de prendre conscience que le débat s'était "déplacé". Il y a quelques années, les problèmes de violence étaient l'apanage des quartiers à forte proportion de minorités. Alors, on constate que les fusillades récentes dans les lycées "se sont déroulées dans des quartiers essentiellement blancs et à haut revenus". Tout s'explique tant que les victimes étaient des indiens, des noirs, des pauvres… Il ne faut pas désespérer une législation sur les armes peut maintenant être envisagée.

 

BATS TON NEGRE TOUS LES MATINS… Paru dans MIGRATIONS SOCIETE N°67 janvier-février 2000

 

Au cours d'une session de formation , le directeur de la police du district viennois de Donaustadt, en Autriche, aurait conseillé à des jeunes policiers "de battre les noirs avant de leur demander leur pièce d'identité".

Cette information qui est arrivée à la presse par une lettre anomyme n'a, curieusement, pas fait l'objet du démenti habituel. Elle est prise "très au sérieux" par le ministre de l'Intérieur. Le directeur de la police de Vienne a fait savoir que le policier de haut-rang incriminé a été suspendu de ses fonctions en attendant le résultat de l'enquête.

A croire que tous le monde savait, consentait et qu'il a fallu une lettre anonyme pour que des décisions soient prises pour mettre fin à ces activités !

…ET VENDS LES FILLES… Paru dans MIGRATIONS SOCIETE N°67 janvier-février 2000

Mogens GLISTRUP, fondateur d'un parti populiste de droite, a facilement la parole, au Danemark. Au cours d'une émission de télévision, il a expliqué que les musulmans étaient présents au Danemark pour exterminer les Danois.

Quelques jours plus tard, lors d'une émission de radio pour les jeunes, il a expliqué sa position pour éviter cela et régler la question des musulmans. Il donnerait trois mois aux musulmans pour quitter le pays. Ceux qui refuseraient de partir seraient arrétés et enfermés dans des camps comme des prisonniers de guerre. Une vente de ces prisonniers serait ensuite organisée. Les jeunes filles pourraient facilement être vendues à des pays comme le Paraguay (?). Il a même calculé que la vente de 6000 jeunes filles de 12 à 20 ans pourrait rapporter 5 millions de schillings à l'Etat !!!

ROYAUTE : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE vol. 11 n°66 novembre-décembre 1999

Dans le Royaume d'Espagne, un projet de loi qui a reçu l'approbation de la majorité des partis est sur le bureau de la Chambre des députés. Il prévoit quelques mesures intéressantes.

NAUSEE : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE vol. 11 n°66 novembre-décembre 1999

Tous les pays développés ont leurs sans-papiers : des Etats-Unis, un tiers des entrées illégales (Migrations news, Mai 1999) ; au Japon, 270 000 sans-papiers dans le pays certains depuis 10 ans ! Même Edouard Balladur s'est aperçu que "Au degré qu’elles ont atteint aujourd’hui, les différences de richesse et de prospérité entre les nations, les groupes, entre les hommes ne seront plus supportées longtemps" (L’avenir de la différence Plon, cité par Le Monde 17/09/1999)

Le Parlement européen, le 17 février 1998, engageait "tous les États membres […] à procéder à la régularisation des sans-papiers dans le respect des droits de l'homme et des conventions internationales". Les pays qui nous entourent l'ont fait largement. Jospin et Chevènement campent sur leur politique "équilibrée" où l'arithmétique remplace la justice et s'accompagne d'un codéveloppement dont la mode n'a tenu que quelques mois.

En 1984, après la "marche de l'égalité", l'unité s'était faite sur une volonté de gauche, l'intégration des résidents étrangers par la carte de résident. Elle se fait aujourd'hui sur un programme de droite, la déstabilisation de l'immigration. Malgré cela, les sans-papiers, partis de Toulouse sont venus à Paris, à Matignon, espérant encore que celui qui a dit vouloir faire l'inventaire des années Mitterrand en retiendrait le positif et régulariserait les 60 000 sans-papiers qui ont des dossiers en préfecture. Sans résultat.

Des actions plus dures sont à prévoir. Comme les grèves de la faim qui n'aboutissent, au mieux, qu'à la régularisation de ceux qui la font. Mais plus le nombre de grévistes est grand, plus l'incident est probable. Et c'est déjà trop tard pour certains.

Il y a un an, lors d'une expulsion manu militari, Semira mourait, en Belgique de la main de gendarmes. Pendant quelques jours, la presse en a beaucoup parlé. Depuis cet été, trois sans-papiers ont choisi le suicide anonyme. Non comme un acte de protestation mais par désespoir. Dans le silence de la presse, des organisations, des politiques, du gouvernement. Combien faudra-t-il de morts pour que la gauche se réveille ? .

A L'ASILE ! Paru dans MIGRATIONS SOCIETE vol. 11 n°63 mai-juin 1999

La France est en pointe quand il s'agit du droit d'asile ! Elle a inventé une interprétation de la Convention de Genève : pour avoir droit au statut de réfugié, il faut, ce qui est contredit par le HCR, être persécuté par l'Etat. C'est ainsi que la France justifie son refus d'accueillir les Algériens menacés par les islamistes ou les Somaliens qui ne peuvent être menacés par un Etat qui n'existe pas.
Elle a ensuite refuser d'accueillir des Bosniaques ou des Kurdes car ils pouvaient trouver refuge sur une partie de leur territoire national, participant ainsi, indirectement à l'épuration ethnique.

Elle refuse maintenant les Kosovars car ils ne doivent pas s'éloigner de leur pays ce qui les inciterait à ne pas y revenir. Elle refuse les Serbes qui refusent de participer aux exactions commises par l'armée serbe au Kosovo, armée serbe que la France "frappe" par ailleurs…

Au total, il ya plus de réfugiés dans la seule ville de Francport que dans toute la France mais la France reçoit plus de Kosovars que le Lichtenstein…

Cependant, il faut dire qu'elle serait prête à recevoir des réfugiés de proximité… les Suisses, par exemple, au cas où, et seulement au cas où, demain, ils pourraient prouver, par des traces indiscutables sur leur corps et un certificat médical authentifié par l'Ordre des médecins suisse qu'ils ont été torturés par la police politique suisse.

 

 

LA COULEUR DES FIANCAILLES : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE vol. 11 n°63 mai-juin 1999


Un Algérien de 37 ans, en France de puis 1991, débouté de la régularisation (dans les critères Chevènement, les célibataire en France depuis au moins 7 ans étaient régularisables), a été arrêté, au petit matin, à son domicile (le Premier ministre a annoncé que la police n'irait pas au domicile des déboutés de la régularisation mais se contenterait de renvoyer les sans-papiers contrôlés dans la rue), à la suite d'une dénonciation par le maire de Toulouse qui avait alerté le procureur de la République car il le soupçonnait de vouloir faire un mariage blanc !
Les policiers l'ont trouvé au lit avec sa future femme et l'ont embarqué malgré cela. En effet, la couleur des fiançailles dont il n'est pas question dans les textes, ne préjuge en rien de la couleur du mariage !

DESERTEUR ET SANS-PAPIERS !!! MIGRATIONS SOCIETE vol. 11 n°63 mai-juin 1999

Né en France, en 1975, reparti avec ses parents dans son pays d'origine à l'âge de 6 ans, en 1981, revenu en France il y a trois ans, à l'âge de 21 ans, il s'est inscrit en 1ere S. En 1997, il s'est fait contrôler, embarquer, enrôler de force car considéré comme déserteur.

Malheureusement, n'étant pas en France dans les 5 années qui précédaient sa majorité, il n'était pas français. Mais comme il était dans l'ordinateur et que, c'est bien connu, l'ordinateur tourne très lentement. Il a fait le service militaire ! Par contre, il n'a pu prolonger ce service de 2 mois (pour avoir un service long) à cause de sa situation irrégulière ! Il a repris ses études au retour de l'armée et doit passer son bac a la fin de l'année. Sauf que.... en situation irrégulière, il risque de ne pouvoir s'inscrire. Une demande de réintégration dans la nationalité française a été rejetée par le ministère de la Justice !

Voilà la solution pour remplacer la conscription ! Appeler tous les sans-papiers sous les drapeaux !

 

 

UN IMMIGRE SANS-PAPIERS A DISPARU : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.11 n°61 janvier-février 1999, p.48
Réfugié en France, sans papiers, ni titre, malade, dépourvu de ressources, il n'avait pas déposé de demande au ministère de l'Intérieur alors qu'il pouvait bénéficier de la circulaire Chevènement de régularisation. Vivant en famille en France depuis 1986, il pouvait aussi être régularisé dans le cadre de la loi Reseda et obtenir le droit de travailler.
"Bébé Doc" a disparu alors que s'est créé un Comité pour la mise en jugement de Duvalier demandant qu'il soit jugé pour ses "crimes contre l'humanité". E.Guigou n'avait pas écarté d'éventuelles poursuites contre l'ancien dictateur.

Encore une victime de Pinochet !

 

UN ENCOMBRANT IMMIGRE... : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.11 n°61 janvier-février 1999, p.48

Pinochet avait demandé à venir se faire soigner en France, il lui a été suggéré d'aller ailleurs, on a assez de problèmes comme cela ici. Nous avons déjà Bébé Doc qui se repose sur la Côte d'Azur. Pinochet est donc allé au Royaume Uni. Soyons justes, nous avons été presque aussi accueillant avec Rushdie. Que les Britanniques protègent.

Voilà, maintenant, qu'un juge espagnol demande son extradition. Que de vieilles perruques parfumées admettent qu'il peut être poursuivi comme un voleur de yaourt !

Et personne qui nous demande Bébé Doc ! Remarquez que question crimes contre l'humanité, nous n'avons pas besoin de demander d'extradition, nous n'avons pas besoin d'extrader, nous avons tout sur place, Français de souche ! Nous avons même le temps. Il a fallu plus de 50 ans pour juger Papon, plus de 80 pour réhabiliter les fusillés pour l'exemple. Nous attendons le 50 ème anniversaire de l'Indépendance de l'Algérie pour mettre en examen ceux qui ont commis des crimes contre l'humanité et le 80ème pour réhabiliter ceux qui ont refusé de le faire en Algérie.

 

EURO... : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.11 n°61 janvier-février 1999, p.47

 

Les choses sont claires, la démocratie européenne fait plus peur à nos gouvernants que la devise européenne. La France ne sera pas en retard pour l'Euro mais elle l'est pour la citoyenneté. Le traité de Maastricht date de 1992, les ressortissants de l'Union ne pourront voter aux municipales qu'en 2001. Et en 1999, pour la deuxième fois, à une élection européenne. Tous les jours, nous recevons des informations sur l'Euro qui va naître, il y en a peu sur la citoyenneté. Pourtant les ressortissants de l'UE doivent, comme les autres électeurs, s'inscrire d'urgence sur les listes complémentaires. Qui en parle ?

Il N'Y A PAS DE PETITS BENEFICES : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.11 n°61 janvier-février 1999, p.60 et dans ROUGE et VERT n°17 du 13 novembre 1998

D'après le gouvernement, 70 000 sans-papiers ont été régularisés. Au prix d'une contribution financière de 2 500 francs. Contribution vraie qui n'intègre pas le coût des journées perdues, des transports, photocopies et autres envois recommandés avec accusé de réception. Toutes dépenses qui augmentent le PNB !
70 000 régularisés, cela veut dire 175 millions de francs qui sont entrés dans les caisses de l'Etat. La régularisation est une affaire qui tourne ! Tellement que, l'Etat n'hésite pas : les cartes de 1 an distribuées aux premiers régularisés arrivent à échéance et doivent être renouvelées. C'est le cas de celle de Babacar Diop. D'où une grande première : l'Etat lui demande de payer à nouveau une visite médicale. Le Gisti a déjà décidé d'attaquer le principe même du paiement de la visite médicale lors de la régularisation, l'Etat répond en instituant une "faveur" nouvelle.
Mais si l'Etat a tellement besoin d'argent qu'il éprouve le besoin de faire sa laine sur le dos des sans-papiers dont on imagine la prospérité, on comprend encore plus mal qu'il refuse obstinément une recette de poche supplémentaire en régularisant les 63 000 restants qui en ont fait la demande. Cela fait 157 millions de perdus.
A moins que cela fasse partie des subventions indirectes au patronat : je mets à votre disposition 63 000 sans papiers brevetés avec garantie du gouvernement et en plus voyez le sacrifice financier que je fais !
Qu'est-ce qui est le plus pendable ? La rapacité de l'Etat envers les plus démunis ou sa générosité qui le fait passer à coté de de cette recette de poche au profit des employeurs clandestins ?

PRESSE DISCRETE ! Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.11 n°61 janvier-février 1999, p.60

Le Soir (de Bruxelles du 30 octobre) a publié la nouvelle : le nouvel article 8 de la Constitution permet d'accorder le droit de vote aux Européens et, dès 2001, aux Non-Européens. Une loi (majorité simple) d'application devrait être votée dans les prochaines semaine... les Européens pourront être électeurs et éligibles pour les élections communales et provinciales... les fonctions d'échevin et de bourgmestre seront réservées aux Belges. Une loi, toujours à la majorité simple, pourrait permettre aux étrangers, Européens ou non, de voter aux législatives (2003) avant de voter aux communales (2006).
La Grosse presse française n'en a pas soufflé mot à ce jour (07/11/1998). Elle peut traduire en quelques jours les accords SPD-Grünen, en quelque heures le rapport Star sur les aventures ovales de William Clinton... Mais traduire du belge... avoir un correspondant dans ce pays qui sache lire le belge ! Informer les Français de ce qui se passe dans ce pays lointain qui n'intéesse personne...
Inutile et peut-être dangereux, des fois que ça leur donnerait des idées !!! (PO)

CONSTITUTION ET VOLONTE POLITIQUE : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 n°60 novembre-décembre 1998, p.125

Après de multiples navettes entre la Chambre et le Sénat, loi organique oblige, la loi française a été, enfin, mise en conformité avec la directive européenne sur l'exercice du droit de vote et d'éligibilité aux élections municipales pour les ressortissants de l'Union européenne. Elle a reçu l'aval du Conseil constitutionnel dans sa décision du 20 mai 1998 (1). Trois points méritent d'être relevés.

D'après la Constitution "la souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants... Le suffrage peut être direct ou indirect..." En élisant les conseillers municipaux, les ressortissants non-français de l'Union contribuent, de façon indirecte, à l'élection des sénateurs même s'ils ne peuvent être grands électeurs. Cela peut se voir de façon très concrète si, par exemple, des électeurs de l'Union font basculer une majorité municipale. Désormais, malgré les réticences de nombreux élus, des étrangers contribueront à la définition de la souveraineté nationale.

Quel que soit leur degré d'intégration d'ailleurs. On peut regretter que ce ne soit pas le cas de tous les résidents étrangers. Car enfin, est-il logique de donner le droit de vote à un ressortissant de l'Union installé depuis quelques mois, ne parlant pas français et de le refuser à un ressortissant d'un pays tiers parfaitement intégré depuis de longues années ?

Le Sénat a fini par admettre et le Conseil constitutionnel n'y a pas trouvé à redire que les ressortissants de l'Union pourraient participer, comme électeurs et comme élus, au conseil de Paris. Or si le conseil de Paris constitue bien "une collectivité locale de base au sens de l'article 2 a et b de la directive", il siège tantôt comme conseil municipal de la ville de Paris, tantôt comme conseil général du département de la Seine. Cela veut dire que le Parisien, ressortissant de l'Union, a plus de pouvoirs que le ressortissant de l'Union résidant dans une autre commune de France ! Quid du principe "constitutionnel" d'égalité ? Conclusion logique, le conseil général étant une "collectivité locale de base", une loi, malheureusement organique, pourrait étendre le droit de vote et d'éligibilité pour les conseils généraux à tout ressortissant de l'Union résidant en France.

Le Sénat a obtenu que "dans les communes de 2 500 habitants et plus, les bulletins de vote imprimés distribués aux électeurs comportent, à peine de nullité, en regard du nom des candidats ressortissants d'un Etat membre de l'Union européenne autre que la France, l'indication de leur nationalité". Le Conseil constitutionnel a considéré que "une telle mention ne peut être regardée, eu égard à l'ensemble du dispositif, comme ayant un caractère discriminatoire". Cela est pour le moins discutable.

Tout d'abord, c'est une obligation nouvelle qui n'existe pas pour les élections européennes. Ainsi, lors de la dernière élection européenne, l'Union des écologistes pour l'Europe présentait un néerlandais mais sa nationalité n'était pas signalée. Il y a là, au moins, un manque de cohérence du législateur. Et un certain paradoxe car ces élus représentent la France au Parlement européen !

C'est de plus, politiquement discutable. D'après le Conseil constitutionnel cela n'infirme pas "l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine". Tout de même, cela dénonce clairement leur origine et cela induit les partis et les électeurs à se déterminer, favorablement ou défavorablement, aussi en fonction de cette origine. Cela pousse à une représentation communautaire que, pourtant, nombre d'élus, les sénateurs particulièrement, répudient dans leurs déclarations.

Rappelons en passant que le Conseil constitutionnel, dans sa décision rendue le 09/04/1992, considérant que le Parlement européen "ne constitue pas une assemblée souveraine dotée d'une compétence générale et qui aurait vocation à concourir à l'exercice de la souveraineté nationale", n'a pas jugé nécessaire de modifier la Constitution pour attribuer le droit de vote et d'être candidat aux ressortissants de l'Union. Une simple loi est donc suffisante pour étendre ce droit aux ressortissants des Etats tiers. Comme une simple loi est suffisante pour revenir sur un texte de 1992 (2), voté par une majorité de gauche, excluant les non-électeurs, c'est à dire les résidents étranger, des référendums d'intérêt local que peuvent organiser les maires dans leur commune.

Reste le principal : la pratique. Une première réponse sera apportée lors de la prochaine élection européenne. En 1994, seuls 4% des électeurs potentiels de l'Union avaient voté et il n'y avait aucun candidat européen sur les "grandes" listes. Les "européistes" auront-ils à coeur d'appliquer la loi qu'ils ont voté ? La majorité aura-t-elle le courage d'étendre la citoyenneté ? Inutile d'invoquer l'obstacle constitutionnel, il s'agit "seulement" de volonté politique.


(1) J.O. 25-26/05/1998

(2) Loi d'orientation 92.125 du 06/02/1992 relative à l'administration territoriale de la République J.O. du 08/02/1992

 

LA FIN DE LA FETE... : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 n°60 novembre-décembre 1998, p.139 et dans ROUGE et VERT n°9 du 11 septembre 1998

L'équipe de France de football est championne du monde grâce à la tête d'un "beur" ou "deuxième génération, devenu pour la circonstance tout simplement français, même pas "français à part entière" et on a même pu voir "Zidane, président" projeté sur l'Arc de Triomphe. Les politiciens, les journalistes, tous à l'écoute du peuple ont découvert, subitement, que la jeunesse française était multiethnique ou multiraciale. Pourtant, un phénomène du même type avait frappé, à l'époque, quand des masses de jeunes de toutes les couleurs s'étaient rassemblés place de la Concorde pour défendre NRJ, leur radio, leur musique. Même étonnement devant la diversité des mouvements étudiants où Le Pen avait noté que tous les manifestants n'étaient pas blonds aux yeux bleus. Les manifestants basanés n'étaient pas, alors, le fruit de l'Algérie française, comme Zidane, mais des trublions.
Au plus haut des sondages, Jospin reste empêtré, obstiné, seul contre tous, dans sa politique "équilibrée". Et Pasqua en profite pour prôner la régularisation de "tous les sans-papiers qui en ont fait la demande", dont une partie est le fruit de ses décisions.
Mais la baguette du magicien Zidane n'a pas tout réglé. Certes, malgré Le Pen, malgré la crise, malgré le racisme ambiant, les choses évoluent. Tout ceci témoigne comme le disait, il y a bien longtemps, Adil Jazouli d'une certaine assimilation culturelle. Mais l'intégration sociale est en panne. Et c'est là le fond du problème qui ne sera pas réglé par dix buts de Zidane, de Desailly, de Thuram ou de Karembeu. Le chômage, le racisme à l'embauche, le racisme dans l'attribution des logements, le racisme institutionnel... L'obsession de l'immigration illégale fera vite oublier que, de plus en plus, les basanés, les noirs du coin de la rue sont français même s'ils n'ont pas la tête dans les étoiles. Et cet oubli, ce "racisme antifrançais" est lourd de rancoeurs, de souffrances et de révoltes.
En contrepoint, tout le monde a remarqué, cette équipe blonde, aux yeux bleus, venant d'un pays qui n'avait que le droit du sang... et qui est rapidement revenue au vestiaire... Mais personne n'a dit qu'il y avait en Allemagne, deux députés au Bundestag d'origine turque et aucun d'origine maghrébine en France. Or, il y a moins d'Allemands d'origine turque que de Français d'origine maghrébine. La comparaison serait encore plus désavantageuse avec les Pays-Bas ou le Royaume-Uni...

Alors après une équipe de France de football multicolore, de quelle couleur sera l'équipe qui représentera la France au Parlement européen ? Vous le saurez en regardant les résultats de la prochaine élection européenne qui aura lieu en juin 1999.

DROIT DU SANG ? DROIT DU SOL ? Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 N°60 novembre-décembre 1998
Nos lecteurs ont du s'apercevoir que l'événement du siècle était le Mondial de football. Ce Mondial va déchaîner les passions. Aimé Jacquet a sélectionné 22 joueurs.
Sur ces 22, 2 sont nés à l'étranger, 3 sont nés dans les territoires ou départements d'outre-mer, 9, nés en France, sont d'origine "exotique". A tel point qu'un jeune de banlieue a pu dire avec humour : "Devant les Bafanas, Bafanas d'Afrique du Sud, heureusement qu'il y avait la couleur des maillots pour reconnaître les Français !" Sur les 22, 12 évoluent dans une équipe étrangère et 3 à Monaco.
Que ce soit pour les équipes locales avec leurs joueurs étrangers ou l'équipe nationale avec les joueurs d'origine "étrangère" ou qui jouent à l'étranger (et même d'origine étrangère jouant à l'étranger !), les supporteurs, dans leur chauvinisme et leur nationalisme ne sont pas très regardants ! Pourvu que le PSG gagne, pourvu que la France gagne...
Droit du sang, droit dus sol, droit du sport ou droit du fric, peu importe. Cela les aidera-t-il ou les empêchera-t-il de voter FN ?
Nés à l'étranger : Desailly Marcel (Accra), Vieira Patrick (Dakar)
Nés dans les Dom-Tom : Lama Bernard (Guyane), Karembeu Christian (Nouvelle Calédonie), Thuram Lilian (Guadeloupe)
Origine étrangère : Barthez Fabien (né dans l'Ariège mais grand mère espagnole), Boghossian Alain, Diomède Bernard, Djorkaeff Youri, Henry Thierry, Lizarazu Bixente (grand mère espagnole, Libération 10/06/1998), Pires Robert, Trezeguet David, Zidane Zinédine.
Jouent à l'étranger : Boghossian Alain (I), Deschamps Didier (I), Desailly Marcel (I), Djorkaeff Youri (I), Karambeu Christian (E), Lama Bernard (RU), Leboeuf Franck (RU), Lizarazu Bixente (All), Petit Emmanuel (RU), Thuram Lilian (I), Vieyra Patrick (RU), Zidane Zinédine (I).
Jouent à Monaco : Barthez Fabien, Henry Thierry, Trezeguet David.

 

 

GENDARMERIE DEMOCRATE ET REPUBLICAINE : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 n°58-59 juillet-octobre 1998, p.33 et Rouge et Vert 13/05/1998
La brigade motorisé des gendarmes de Rivesaltes vient de passer devant le tribunal de Perpignan. Et nos "bons" gendarmes ont montré aux juges que pour eux le multiculturalisme n'était pas un vain mot, qu'ils étaient capables d'adaptation. Ainsi la brigade de Rivesaltes, moyennant quelques contreparties, faisait preuve de compréhension pour certaines infractions.
Ces contreparties étaient quelquefois en espèce mais seulement quand les véhicules étaient "conduits par des Marocains" dit l'un. "Les Marocains ont l'habitude du bakchich. Il n'y a pas trop à forcer" explique l'autre. Nos bons gendarmes ont compris ce que veut dire diversité culturelle. Par ailleurs, ils étaient aussi très républicains, les autoradios volés étaient parfois montés sur les voitures de fonction.
Au total, les gendarmes amélioraient l'ordinaire, en nature et en espèces, dans le respect des traditions de nos hôtes et équipaient les voitures de fonction. Tout cela sans faire appel au contribuable ! On ne comprend pas la turpitude des juges.

PREFERENCE NATIONALE EN ISRAEL : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 n°58-59 juillet-octobre 1998, p.47
Lors de la crise iraqienne, le ministère de la Défense d'Israël à distribué des masques à gaz à toute la population... enfin presque. Car, nous apprend Maariv du 05/02/1998 (cité par Courrier international du 29-04 au 05/05/1998), ce ministère "n'avait pas les moyens financiers pour en fournir également aux travailleurs immigrés".
Il s'est quand même trouvé un parlementaire pour déposer un "projet de loi pour obliger les employeurs des 250 000 ouvriers immigrés à leur acheter un masque à gaz".
L'article ne dit pas si la loi a été votée, si les employeurs ont équipé leurs travailleurs ou si Saad Hussein a renoncé à l'usage des gaz par amour les travailleurs immigrés.

PREFERENCE NATIONALE AUX ETATS-UNIS : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 n°58-59 juillet-octobre 1998, p.47
Les Etats-Unis, c'est connu, sont les champions de la mondialisation, des lois du marché et le paradis des plus performants.
A condition de ne pas courir trop vite comme ces sacrés Kenyans qui viennent boire dans nos coupes et, par leur domination, "empêchent les jeunes athlètes locaux de gagner leur vie et de donner toute la mesure de leur talent". C'est ce qu'explique de façon limpide le champion des Etats-Unis du 10 000 mètres : "Pour moi, ça n'a aucun intérêt de courir dans le circuit pro. Avec tous les Kenyans, même si je bats mon record, je risque d'arriver douzième et d'empocher 200 dollars.
Comme les coureurs kenyans raflent les meilleurs places dans les principales courses de fond, deux décisions ont été prises : limiter leur nombre au départ, réserver des prix spéciaux aux Etasuniens à l'arrivée.
Nous, on croyait, naïvement, que le progrès venait de la libre concurrence !

NUL N'EST PARFAIT ! Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 n°58-59 juillet-octobre 1998, p.66
Après s'être posé la question de savoir si les Noirs avaient une âme, de bons esprits essayent de démontrer depuis quelque temps que leur supériorité en boxe ou en athlétisme tient à une différence physiologique. Cependant, il vient d'y avoir une grande première au Royaume Uni.
Le chef des services pénitenciers britanniques a déclaré que les Noirs étaient plus souvent anémiques et que cela pouvait expliquer que 6 des 7 hommes qui sont morts (depuis 1992) dans les prisons alors qu'ils avaient été maîtrisés par une prise d'étranglement étaient des noirs ! Et le 7°, un métis !!
Cette anémie ne semblait pas connue jusque là. Les Noirs ont peut-être des poings qui frappent plus fort, des jambes qui courent plus vite mais ils doivent être plus faibles de la gorge ! Personne n'est parfait.

VOS PAPIERS !! Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 n°58-59 juillet-octobre 1998, p.110
Le Mondial est l'occasion de multiples anecdotes qui enrichissent toutes les rubriques de la vie en société. Ainsi cette équipe africaine qui a failli être refoulée parce que sa Fédération avait négligé de faire établir les documents nécessaires à un court séjour en France. Ils n'avaient que des photocopies de leur passeport. Les journalistes, paternels, nous ont expliqué que c'était normal pour des gens qui venaient d'un monde différent où l'oral l'emportait sur l'écrit.
Ils n'ont pas donné la même explication quand les Etasuniens de la base de Mac Murdo ont refusé de prendre à bord de leur avion de ravitaillement les deux Belges, Alain HUBERT et Dixie DANSERCOER, qui avaient traversé l'Antarctique à pied. Ils ont du attendre, dans le froid polaire, pendant un mois, un navire qui les ramène au pays. Ils étaient dépourvus de documents officiels.
A Bruxelles, le ministre de la politique scientifique et le ministre de la défense, étaient persuadés que chacun, de son coté, avait fait le nécessaire (Le Monde 18/02/1998)

 

 

NOTE SUR LES NATURALISATIONS EN 1992 à 1995 : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 n°57 mai-juin 1998, p.119 et Rouge et Vert 13/05/1998
Cette note porte sur les naturalisations par décret d'après les données publiées par la Sous-direction des naturalisations, Direction de la population et des migrations, pour 1992,1993,1994,1995. Les nationalités prises en considération sont celles pour lesquelles 200 ressortissants au moins ont obtenu la naturalisation par décret lors d'une de ces années. Pendant cette période, 145 340 personnes, appartenant à 25 nationalités différentes, ont demandé leur naturalisation : 110 136 l'ont obtenu et 35 904, soit 24,59%, ont eu un avis défavorable.
Si 3 personnes sur 4 obtiennent satisfaction, les avis défavorables varient considérablement en fonction de la nationalité d'origine : le taux va de 9,84% pour les Portugais à 48,34% pour les Sénégalais ! Les réponses défavorables concernent moins les Européens (Portugais, Italiens, Espagnols, Polonais et Yougoslaves) avec, en moyenne un taux de 12, 01% - à l'exception des Roumains (22,62%) - que les ressortissants des autres continents. Ce taux de réponses défavorables touche également les Chiliens (13,47%). Viennent ensuite les ressortissants de la péninsule indochinoise (20,82% d'avis défavorables), les Mauriciens (20,37%), les Maghrébins (24,83%) et les ressortissants du Proche-Orient (33,44%). Le taux de rejets le plus important concerne les Orientaux (36,12%) et les Africains noirs (36,50%). Les Sénégalais avec un avis défavorable environ une fois sur deux détiennent le record.
L'éventail des rejets est-il le reflet de l'échelle colorimétrique de l'intégration à la française ?


                 Naturalisatio Décision     %      
n par décret défavorable

PORTUGAL 6 590 719 9,84

ITALIE 1 453 172 10,58

ESPAGNE 1 335 171 11,35

POLOGNE 1 894 328 14,76

YOUGOSLAVIE 3 582 637 15,10

ENSEMBLE 14 854 2 027 12,01



CAMBODGE          6 759        1 463        17,79  

LAOS 4 470 9 68 17,80

VIETNAM 6 382 2 200 25,64

ENSEMBLE 17 611 4 631 20,82



ALGERIE          23 690          7 282      23,51  

TUNISIE 7 671 2 393 23,78

MAROC 24 778 8 868 26,36

ENSEMBLE 56 139 18 543 24,83



LIBAN              4 925       2 177        30,65  

IRAN 1 359 605 30,80

TURQUIE 4 863 2 766 36,26

SYRIE 709 408 36,53

ENSEMBLE 11 856 5 956 33,44



CHINE               913           425       31,76  

SRI-LANKA 1 291 821 38,87

ENSEMBLE 2 204 1 246 36,12



HAITI            1 466            531       26,59  

CONGO 448 233 34,21

CAMEROUN 1 327 754 36,23

ZAIRE 1 202 793 39,75

SENEGAL 671 628 48,34

ENSEMBLE 5 114 2 939 36,50



DECRET            (+)      (-)    %       

PORTUGAL 6 590 719 9,84

ITALIE 1 453 172 10,58

ESPAGNE 1 335 171 11,35

CHILI 113 13,47
726

POLOGNE 1 894 328 14,76

YOUGOSLAVIE 3 582 637 15,10

CAMBODGE 6 759 1463 17,79

LAOS 4 470 968 17,80

MAURICE 197 20,37
770

ROUMANIE 252 22,62
862

ALGERIE 23 690 7 23,51
282

TUNISIE 7 671 2 23,78
393

VIETNAM 6 382 2 25,64
200

MAROC 24 778 8 26,36
868

HAITI 1 466 26,59
531

LIBAN 4 925 2 30,65
177

IRAN 1 359 30,80
605

CHINE 31,76
913 425

CONGO 34,21
448 233

CAMEROUN 1 327 36,23
754

TURQUIE 4 863 2 36,26
766

SYRIE 36,53
709 408

SRI-LANKA 1 291 38,87
821

ZAIRE 1 202 39,75
793

SENEGAL 48,34
671 628

TOTAL 11 0136 35 904 24,59


DELICATESSE : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 n°56 mars-avril 1998, p.64
Notre B.B., ex-effrontée nationale, devenue frontiste nationale, récidive dans la délicatesse. En tournée, à Bucarest, pour la promotion de son livre, elle a déclaré :"Notre famille s'est agrandie car j'ai adopté deux chiens adorables... Rien ne dit que je n'adopterai pas également un orphelin roumain". (Le Monde 07/02/1998). Elle n'a pas précisé si elle le mettrait "également" au chenil.

LA SOLUTION : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 n°56 mars-avril 1998, p.119
Examiner 150 000 dossiers de sans-papiers, cela fait un énorme travail, surtout quand on voit la liste des pièces que doivent fournir les candidats à une éventuelle régularisation : copie des pages du passeport, des précédents titres de séjour, du livret de famille, des titres de séjour du conjoint ainsi que de tout autre membre de la famille, de tout justificatif de présence en France depuis au moins 5 ans, bulletins de salaire, avis de non imposition... Et l'administration s'ingénie à convoquer à de multiples reprises.
Mais un fonctionnaire a trouvé la meilleure méthode pour mettre fin à toutes ces tracasseries inutiles : "Danso Bourama, régularisable au titre de son ancienneté en France où il réside depuis 1984. Sa cinquième convocation était fixée au 31 novembre, jour inconnu au calendrier" (Libération 04/12/1997). Un exemple à suivre ! Pour soulager le travail administratif !

INTEGRATION A LA FRANCAISE ? Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.10 n°56 mars-avril 1998, p.129
Les dernières élections législatives au Royaume Uni ont assuré un triomphe au parti travailliste. Ce qui a été moins remarqué, c'est que le parti conservateur a présenté 10 candidats "noirs" et le parti travailliste 11 (Migrations Europe février 1997 n° 66/1997-02). Pour la première fois, un député musulman (travailliste), d'origine pakistanaise, a été élu en Ecosse.
Il y a aussi deux députés d'origine turque, élus respectivement sur les listes verte et sociale-démocrate, au Bundestag. Dans les assemblées de Länder, les députés d'origine turque ou kurde sont également de plus en plus nombreux (Berlin, Hambourg...). Plus étonnant encore, ce succès électoral semble désormais s'étendre au domaine municipal, pourtant d'habitude plus conservateur. Ainsi, depuis 1996, Bielefeld, ville de plus de 30 000 habitants, est dirigée par un maire écologiste d'origine turque (Migrations société n°48 novembre décembre 1996).
En France, nous avons aussi un député-maire noir mais 4 maires et 1 député-maire du Front national.

QUAND LE FRONT NATIONAL RECRUTE DES ETRANGERS : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.9 n°54 novembre-décembre 1997, p.88
Décidément, on ne peut plus faire confiance à personne ! Ainsi la mairie de Toulon dont le maire, Jean Marie Le Chevallier, est membre du Fn, a décidé de lancer dans le Tour de France à la voile le bateau, "Ville de Toulon".
Mais comme les Français contactés n'ont pas voulu faire partie de l'équipage, la mairie a été contrainte de recruter trois Irlandais, un Australien et un Suisse... Ainsi donc pour remplacer des Français dans des tâches qu'ils ne veulent pas faire ("Les valeurs des marins sont incompatibles avec les thèses du Fn dont nous ne voulons pas être les otages"), la mairie a recruté des étrangers ("Pour l'heure, il convient de parler de sport, de compétition, d'exploit...").
Une question se posait avant le départ : en cas de victoire, ces marins sauront-ils chanter la Marseillaise ? La question ne s'est pas posée à l'arrivée.

LE SENAT LUTTE CONTRE LE CUMUL DES MANDATS ! Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.9 n°54 novembre-décembre 1997, p.104
La lutte contre le cumul des mandats divise la classe politique et, disent les mauvaises langues, n'est pas très appréciée au Sénat où les cumulards sont nombreux. Récemment, cependant, les sénateurs ont tenu à montrer que cela n'était pas exact et qu'ils étaient opposés à certains cumuls.
Lors de la discussion du texte permettant le vote des citoyens de l'Union européenne aux municipales, contrairement au ministre de l'Intérieur et conformément au traité de Maastricht, ils ont admis que l'étranger qui sollicitait son inscription sur les listes électorales en France, pourrait continuer à participer à ce type d'élection dans son pays d'origine : "celui qui opte pour la citoyenneté européenne ne doit pas renoncer à ses racines". C'est là une affirmation très intéressante que nous espérons retrouver chez les sénateurs concernant d'autres résidents étrangers !
Ils se sont opposés, cependant, à ce que les ressortissants européens puissent avoir deux mandats municipaux, un en France et l'autre au pays d'origine.
Par ailleurs, à Paris, les élus sont à la fois conseillers municipaux et conseillers généreux. Les sénateurs ont précisé que, lorsque le Conseil de Paris siégeait en tant que Conseil général, l'élu étranger devait être remplacé par le candidat français venant immédiatement après le dernier candidat élu de la liste sur laquelle il s'était présenté.
Les sénateurs sont sur la bonne piste. Espérons qu'ils iront plus loin et demanderont l'application de ces différentes règles de non cumul à l'ensemble des élus !

LA FRANCE, TERRE D'ACCUEIL : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.9 n°54 novembre-décembre 1997, p.109
La France se veut une terre d'accueil. Récemment, elle s'est penchée sur le sort des "combattants de la liberté" dont tout le monde sait qu'ils ont la possibilité "constitutionnelle" de s'installer en France, à condition de ne pas troubler l'ordre public. Mais il ne doit pas y avoir beaucoup de "combattants de la liberté" au monde car, en 1996, ne se sont présentés que 17 534 demandeur d'asile et seuls 3 854 se sont vus reconnaître le statut de réfugié. Peut-être, les "combattants de la liberté" ne savent pas l'accueil chaleureux qu'ils pourraient avoir... Quoi qu'il en soit, il y a, d'après le Hcr 50 millions de réfugiés dans le monde et 150 000 en France. Mais un réfugié, c'est seulement une " personne qui, craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays". On en trouve beaucoup plus dans des pays bien plus riches que la France comme l'Afghanistan, la Tanzanie...
La France se veut terre d'accueil. Mais depuis 1974, elle poursuit une politique de fermeture des frontières où immigration zéro, immigration clandestine zéro, inversion des flux et autres propos accueillants constituent la base d'une utopie dévastatrice qui justifie des rejets bien plus clairement exprimés. Et des pratiques.
La France est une terre d'accueil. L'Hexagone compte 110 sièges européens de sociétés asiatiques ou étasuniennes dont 100 à Paris. En Ile de France, un salarié sur quatre travaille pour une société étrangère. Chaque année, la France accueille de nouveaux investisseurs étrangers : 350 projets créés en 1996 soit 22 814 emplois créés ou sauvegardés contre 19 800 en 1995, 17 000 en 1994, 15 500 en 1993, 14 000 en 1992. Les Etats-Unis restent le premier investisseur, suivis par la Belgique et le Japon (Le Monde 13/08/1997).
La France est vraiment une terre d'accueil !

LE CORSAIRE TRAHI ! Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.9 n°53 septembre-octobre 1997, p.79
On savait déjà que Bruno Megret avait épousé Catherine sans demander les extraits de naissance et de baptême des ses grands parents d'origine russe et qui plus est juive ! C'est cependant en connaissance de cause qu'il l'a faite maire de Vitrolles et c'est impardonnable pour qui veut être calife à la place du calife.
Mais la trahison est partout : ainsi Jean Marie Le Chevallier, devenu maire, a lancé le "Ville de Toulon", dans le tour de France à la voile avec un équipage composé en forte partie d'étrangers : 2 Australiens, 1 Irlandais, 1 Suisse. Faut dire que, avec peut être de bonnes raisons, nombre de marins français contactés n'ont pas voulu faire ce sale boulot.
Il faut espérer que, remettant son bandeau pour la circonstance, après avoir fait le coup de poing à Mantes, le grand corsaire prendra le "Ville de Toulon" à l'abordage et mettra bon ordre à tout cela. Il pourra éventuellement, repos du corsaire oblige, continuer et faire un tour dans les bas-fonds de la ville pour veiller que, là aussi, la préférence nationale ne soit pas bafouée. C'est ce qu'a fait Giacomo Bondesio, commandant de la police des étrangers en Afrique du Sud qui a, finement, déclaré : "Ce sont les filles sud-africaines qui doivent tirer profit du travail dans nos bordels" (Libération 07/07/1997).

BILLET NOIR ! Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.9 n°52 juillet-août 1997, p.36
La France, c'est bien connu, a une politique laxiste envers les résidents étrangers et généreuse envers les demandeurs d'asile. Un exemple, parmi d'autres, vient illustrer ce laxisme et cette générosité que certains pourront juger excessifs.
La France, comme la Belgique d'ailleurs, n'a jamais réclamé un "liard d'impôt à Mobutu". Or, en 1991, les impayés s'élevaient à 32 milliards de francs. Bien entendu, cette somme n'a pu qu'augmenter depuis. Il est peu probable que le nouveau ministre des Finances qui va sortir des prochaines élections législatives, quelle que soit sa couleur, lui demande de les payer.
La France ne peut tirer sur l'ambulance d'un malheureux et lui offrira, probablement, une retraite bien méritée sur la Côte d'Azur. D'aucuns trouveront à redire mais ne voient-ils pas qu'il s'agît là de création d'emplois et d'une juste réparation de la France reconnaissante ? Ce qu'elle n'a pas toujours été, notamment à l'égard des anciens combattants africains de 1939-1945.
Nous suggérons la création d'une maison spécialisée pour assurer les derniers jours des dictateurs déchus que l'on pourrait regrouper. C'est trop tard pour le cousin Bokassa. Les deux premiers pensionnaires pourraient être Bébé Doc que nous avons accueilli, avec bienveillance, pour dénouer la situation à Haïti et Mobutu que nous pourrons accueillir, avec bienveillance, pour dénouer la situation au Zaïre.
Ils pourraient être les premiers éléments du regroupement de plusieurs de leurs collègues au cas où ils y aurait d'autres licenciements, démocratiques ou non.

FRANCE, QU'AS-TU FAIT DES DROITS DE L'HOMME ? Paru dans MIGRATIONS SOCIETE N°48 novembre-décembre 1996

Un ministre de l'Intérieur a dit un jour que la police était souvent amenée à intervenir parce que, quelque part, un ministre n'avait pas fait son travail.

Gardez-vous à droite !

L'intervention à la hache à Saint-Bernard témoigne du travail insuffisant de nombre de ministres. Beaucoup ne semblent pas conscients de ces insuffisances. Ils demandent, une fois encore, un renforcement des lois répressives contre l'immigration, contre l'immigration clandestine,. Pourtant, tout le monde sait maintenant que l'immigration zéro est un mensonge : plus de 100 000 personnes obtiennent chaque année un droit de séjour et ce nombre est difficilement compressible. Les sans-papiers ont fait prendre conscience que "l'immigration clandestine zéro" est une utopie dévastatrice. Mais clientèle électorale oblige, il faut faire comme si…

Et tout cela conduira à de nouvelles interventions policières.. Avec les mêmes résultats pour les droits de l'homme. L'administration ne respecte ni la Convention de Genève sur le droit d'asile, ni la Convention européenne pour la sauvegarde des droits de l'homme, notamment l'article 8 sur le droit à une vie de famille normale. Les nombreuses décisions de la justice pour faire libérer des personnes en rétention, les multiples condamnations pour voie de fait montrent qu'elle ne respecte même pas les lois internes. De nouvelles lois répressives auront un résultat faible au niveau de l'immigration mais porteront de nouvelles atteintes aux libertés.

Gardez-vous à gauche !

La Gauche a géré les choses comme chacun sait : interdiction du regroupement familial par régularisation, accélération dans le traitement des dossiers des demandeurs d'asile et la production de déboutés, zones de rétention… Pendant ce temps, le chômage continuait à monter, les inégalités à s'accentuer, l'argent à ruisseler…

Sur ce terrain, l'extrême-droite fleurit. Et fabrique, elle, de l'idéologie d'extrême-droite, tient un discours d'extrême-droite, défend une politique d'extrême-droite. C'est intolérable. Tout le monde est d'accord. Il faut neutraliser l'extrême-droite et l'empêcher de parler… Traiter les causes est plus difficile que prôner la répression ou l'interdiction qui risquent d'être, à la fois, contre-productives et dangereuses pour les libertés publiques.

Tout en faisant une partie de sa politique, en essayant d'enterrer les affaires de corruption pour les uns. En "oubliant" de défendre ses propres idées, de se battre sur le terrain politique, social et économique pour les autres. Certains parlent même de réprimer les propos racistes tenus en privé !

Voltaire réveille toi, ils sont devenus fous.

CHIENS PERDUS ET SANS PAPIERS OU LA PREFERENCE ANIMALE : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.8 n°46-47 juillet-octobre 1996, p.66
Philippe Vasseur, ministre de l'Agriculture, a demandé, le 17 avril 1996, en Conseil des ministres, l'instauration de "soins vétérinaires gratuits pour les animaux dont les propriétaires ont des faibles revenus". Le nouvel Observateur, d'où sont tirées ces diverses informations (le nouvel Observateur, n°1680 du 10 au 22 janvier 1997), a calculé que le contribuable parisien payait déjà 50 francs par kilo d'excrément enlevé par les moto-crottes. Pourquoi pas l'Assistance médicale gratuite pour les chiens.
Ce même 17 avril 1996, une commission parlementaire proposait de "supprimer les soins médicaux aux sans papiers". Notre BB nationale dont on connaît l'amour qu'elle porte aux étrangers et aux enfants (elle a déclaré "J'aurais préféré accoucher d'un petit chien") a du être ravie.

ETRANGER, PREMIER MINISTRE ! Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.8 n°46-47 juillet-octobre 1996, p.128
Paul Dijoud fut un temps secrétaire d'Etat aux travailleurs immigrés. C'est ce qui l'a probablement préparé à s'exiler... à Monaco où il a vécu quelque temps comme travailleur immigré, Ministre d'Etat (Premier ministre) de la Principauté. Malheureusement, ce poste est instable et Paul Dijoud a du donner sa démission pour avoir troublé l'ordre des affaires monégasques. Gageons qu'il n'a pas du se contenter d'une prime de 10 000 francs pour accepter de rentrer au pays. Rapatrié, va-t-il militer pour la citoyenneté des résidents étrangers ? pour qu'un étranger puisse devenir Premier ministre ?

TOXICOMANES : Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.8 n°46-47 juillet-octobre 1996, p.50
Aux Pays-Bas, 71 000 personnes ont obtenu la nationalité néerlandaise en 1995 contre 49 000 en 1994 et 42 000 en 1993. 725 000 étrangers résident aux Pays-Bas, ce qui donne un taux de naturalisation de 9,7% pour 1995 ! En Allemagne, les familles de réfugiés avec enfants ayant fait une demande, il y a plus de 5 ans vont être régularisées. Cette régularisation touchera aussi, mais de façon plus restreinte, des couples sans enfants et des célibataires. En Italie, une opération de régularisation exceptionnelle s'est déroulée de la fin novembre 1995 au 31 mars 1996 : 248 000 demandes ont été enregistrées. C'est la troisième régularisation en moins de 10 ans : la première en 1987, avait concerné 120 000 personnes ; la deuxième, en 1990, 204 000. En Hongrie, une procédure de régularisation est en cours depuis e 30 avril ; elle s'étendra jusqu'au 30 août. Elle concerne les personnes qui sont devenues "clandestines" à la suite du durcissement des lois de 1994 mais elle intéressera aussi les demandeurs d'asile. En Espagne, une procédure est en cours depuis le 23 avril, elle durera jusqu'au 23 août. Jugée insuffisante par les syndicats, elle devrait entraîner la régularisation de plus de 50 000 personnes. Une première régularisation a eu lieu en 1991 (Informations parures dans Migrations Europe, n°57, mai 1996).
Et en France, terre d'asile ? En France, rien depuis 1983, où 140 000 personnes avaient obtenu des papiers. Aujourd'hui, des parents d'enfants français, inexpulsables, sont même obligés de se mettre en grève de la faim pour obtenir l'application de circulaires qui prévoient de leur attribuer des papiers !
Mais en France, gouvernement et parlementaires sont des toxicomanes. Ils se droguent aux textes répressifs de l'immigration. Tout le monde connaît le phénomène de l'accoutumance qui oblige les drogués à augmenter la dose pour avoir le même effet : lois et rapports parlementaires se succèdent, de plus en plus répressifs. Toujours aussi inefficaces, et surtout pour satisfaire l'extrême droite.
Le danger de surdose apparaît. Problème avec cette toxicomanie : ce n'est pas l'usager, parlementaire ou membre du gouvernement, qui risque d'en mourir. Ce sont les immigrés (33 ont été tués dans des crimes racistes en 1995 et 354 blessés) et les libertés publiques. Et c'est cela qui est inquiétant.

INCOHERENCE ? Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.8 n°46-47 juillet-octobre 1996, p.109
Le Gouvernement le répète à satiété, les demandeurs d'asile ne sont que des candidats à l'immigration qui veulent passer outre à la fermeture de nos frontières, ce qui justifie les refus systématiques de l'Ofpra.
Ce n'est certainement pas le cas de Maria-Inan Oufkir qui a pu enfin échapper aux griffes de "notre ami le roi", après 19 ans passés au secret et 5 ans de semi-liberté, et demander l'asile politique à la France.
Mais comme chacun sait, nos amis ne peuvent être que de parfaits démocrates, c'est bien sûr le cas de Hassan II. Maria-Anan Oufkir n'obtiendra donc pas de carte de réfugiée. Mais, allez savoir pourquoi, le gouvernement lui propose une carte qui lui permettra "de résider et de travailler en France".
Il est vrai que, fort heureusement, il y a peu de concurrence dans sa spécialité en France : "fille de général félon assassiné par son gouvernement" ! Ce n'est pas le cas de tous les autres demandeurs d'asile marocains qui devront aller voir ailleurs.

ET IMPUISSANCE ? Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.8 n°46-47 juillet-octobre 1996, p.140
Depuis plus de six mois, les sans papiers se battent à visage découvert pour obtenir leur régularisation. Parmi eux, non expulsables et non régularisés, les parents d'enfant français sont réduits au travail illégal pour faire vivre leurs enfants, français.
Reconnaissant cette incongruité, les ministres de l'Intérieur, Pasqua d'abord, Debré ensuite, ont signé 3 circulaires pour inciter les préfets à traiter leur cas avec humanité... Circulaires non suivies d'exécution. Si dans le combat Debré-Pasqua, le premier semble marquer des points au niveau des avions spécialement affrétés pour les expulsions, tout reste à faire du coté des préfets. De telle sorte qu'actuellement, en France, pour qu'une circulaire gouvernementale soit appliquée, il faut désormais qu'elle soit appuyée par une grève de la faim ! C'est ce qui s'est passé dans plusieurs villes de France.
La quatrième République est morte de n'avoir pas su mettre au pas ses généraux, la cinquième qui n'est pas capable de faire obéir les préfets serait elle moribonde ?

DOLLARS ET DELIRES ! Paru dans MIGRATIONS SOCIETE VOL.8 n°44 mars-avril 1996, p.84
L'obsession de l'immigration zéro survit à son chantre ! Au point de créer un malaise. Devant la chute du nombre de demandeurs d'asile qui "témoigne de l'efficacité des méthodes de dissuasion policière et réglementaire", Le Monde parle de "bouclage généralisé" au moment où la "planète regorge de conflits civils et ethniques" (Le Monde 27/02/1996). Un pas de plus et l'efficacité sera totale : interdire toute demande d'asile.
Le demandeur d'asile est, par essence, un faux prétendant au statut de réfugié : Kurde ou Bosniaque, il a un coin de son pays où il serait en sécurité, Algérien persécuté par les islamistes mais non par le gouvernement...
Récemment, la demande d'asile du docteur Zhang Shuyin qui a révélé la mort de milliers d'enfants dans les orphelinats chinois, a été rejetée. A la veille de la conférence euro-asiatique, à l'avant veille de la visite du Premier ministre chinois à Paris, en pleines négociations commerciales. L'argent n'a pas d'honneur et tant de petits Chinois meurent dans ou hors les orphelinats. Heureusement, Schengen n'existe pas encore pour le Royaume Uni où l'asile lui a été accordé. Quel est le pays des droits de l'homme quel est le pays du commerce d'abord ?
Marie Paule Adopo, Ivoirienne, avait encore moins de chances d'être admise comme réfugiée, étant donnés les liens entre la France et la Cote d'Ivoire. Elle est cependant restée sur le territoire français, a même eu un enfant, Français par son père. Convoquée à la Préfecture de police, suite à sa demande de régularisation, les autorités ont voulu les expulser, elle et sa fille. En dehors de tout considération humanitaire, argument inutile, l'administration doit elle respecter la loi ? Sandy, la fillette, est française, sa mère, parent d'enfant français, est donc inexpulsable. La fillette, encore moins. Il ne s'agit pas d'une bavure mais d'une instruction écrite :"Arrêté de reconduite (sic) à la frontière, passeport au dossier, un enfant de nationalité française, prise en charge par son concubin qui entre ce jour à l'hôpital pour se faire opérer. Vol prévu ce jour pour Abidjan. Vol OK" (Libération 11/02/1996). Devant la patrie en danger, l'administration restaure consciemment le bannissement, pour un bébé de 9 mois !



Retour à ARTICLES DE MIGRATIONS SOCIETE

Retour à ACCUEIL