Le Web de l’Humanité
Mise à jour
vendredi 20 janvier 2006
 
Les archives de l'Humanité faites découvrir l’Humanité, / vous aussi, parrainez une nouvelle lectrice, un nouveau lecteur.  

Au sommaire du 5 novembre 2003

- Éducation Carnet de notes
- Mixité, laïcité, égalité : à redéfinir ?
- Vote des immigrés : l’Europe en débat
- Citoyenneté. " 57 % des Français y sont favorables "
- Éducation Ce qu’ils en disent " Une classe sexuée, ce serait l’horreur ! "
- L’Essentiel 2002, année noire pour la pauvreté
- Aéronautique L’A380 prend la route
- Délinquance Sarkozy veut des statistiques insoupçonnables
- Citoyenneté. En France, le texte est là, pas la volonté
- Citoyenneté. La situation dans l’Union
- Pauvreté. Portrait d’une France indigente
- Citoyenneté. Pétition Pour une nouvelle citoyenneté
- Education "Une loi doit préciser la laïcité scolaire"
- Education Chiffres

Dans la rubrique Société aujourd'hui

Soutenir l'Humanité

Pour que vive l'Humanité et qu'elle puisse se développer, le nombre de ses lecteurs et de ses abonnés doit croître. Nous avons besoin de vous, de votre soutien et de vos dons !
Une souscription en-ligne est actuellement disponible.
  L'INFO
Accueil
Toute l'actualité
La semaine de l'Humanité
Les archives
Les dossiers
Les chroniques
Les inédits de l'Humanité
  L'HUMA ET VOUS
CONTRE LES ATTEINTES A LA LIBERTE DE LA PRESSE EN ALGERIE
Contacts
Pétition pour le pluralisme
S’abonner
Soutien
Tout savoir sur l’Huma

  LES SERVICES

Annonces emploi
Rechercher
Lettre d'information
Alapage.com
Alapage.com
  Comédiance
  FORUMS
Tous les forums
Débat pour une alternative à gauche
La guerre de Bush
Non ! Pour une autre Europe ?
  LIENS
Forum Social Européen
Groupe CRC Sénat
Groupe Pcf Assemblée
L’Humanité en anglais
La société des amis de l’Humanité
Parti communiste français
Tous les liens
  LE WEB DE l'HUMA
Crédits
Historique et projet


Les archives de l'Humanité

Version impression Envoyer cet article
Citoyenneté. " 57 % des Français y sont favorables "

Fondateur de la Lettre de la citoyenneté, Paul Oriol regrette l’absence de volonté politique en la matière.

Expert auprès du Comité économique et social européen, Paul Oriol est l’un des animateurs de la campagne " votation citoyenne " et du collectif Pour une citoyenneté de résidence.

La loi française est tombée aux oubliettes. Que faire ?

Paul Oriol. Il faudrait, semble-t-il, que le Sénat refasse un texte et accepte de le discuter. La loi a été abandonnée faute de volonté du gouvernement de gauche et de celle des sénateurs socialistes, qui pouvaient, comme leurs collègues communistes, MDC, alliés à la sénatrice des Verts, signer la demande de mise à l’ordre du jour du projet de loi. À eux tous, ils avaient le nombre de signataires suffisant. Rien ne les empêchait d’affirmer ainsi leur volonté politique. À droite, il existe, à l’UDF, un processus assez ancien, à l’initiative de Jean-Louis Borloo et Gilles de Robien, avec un texte se prononçant pour le droit de vote aux élections municipales. Personne ne le sait et il n’en a été fait aucun usage, ni à la présidentielle, ni ensuite. À l’UMP, Yves Jégo a pris, l’an dernier, une position favorable. Nous devons avoir des rencontres pour en discuter après le Forum social européen.

Le potentiel d’une majorité de Français favorables au droit de vote et d’éligibilité des étrangers non communautaires est-il toujours là ?

Paul Oriol. D’après le dernier sondage, 57 % des interrogés sont favorables au droit de vote des étrangers aux élections municipales et européennes. Ils étaient 54 % en 2002, 52 % en 1999. Leur nombre avait fléchi après les attentats de 2001, mais on voit que la progression a repris. Nous avons organisé, en décembre dernier, une " votation citoyenne " qui a déplacé 40 000 personnes sur un petit nombre de sites. Actuellement, nous voulons utiliser le projet de Constitution et les élections européennes, pour poser la question de la citoyenneté européenne ouverte aux résidents.

Cette question a-t-elle été prévue dans le projet de Constitution préparé par Valéry Giscard d’Estaing ?

Paul Oriol. Dans le projet, rien n’a changé depuis Maastricht. Est citoyen de l’Union toute personne ayant la nationalité de l’un des États membres. Nous demandons que soit rajouté " ou résidant dans l’un des États membres ". Le Comité économique et social européen l’a accepté, le Parlement l’a voté, mais, proposée à la Convention sur l’avenir de l’Europe, cette disposition n’est pas passée. Comme le projet prévoit que, si un million de citoyens posent une question, la Commission devra se pencher dessus, nous lançons donc " la pétition du million pour la citoyenneté européenne de résidence " (lire ci-dessous).

Pensez-vous que les débats italiens et belges puissent influer sur les positions gouvernementales françaises ?

Paul Oriol. Si les droites belges et européennes sont capables de donner le droit de vote, pourquoi la droite française ne le ferait-elle pas ? Je ne sais pas pourquoi les politiques bloquent. Je pense même que l’UMP a une carte phénoménale à jouer contre la gauche. Le président de la République a nommé deux ministres d’origine maghrébine. Les Maghrébins ou les Portugais sont, sociologiquement, de gauche, mais, " sociétalement ", de droite. Ils sont majoritairement ouvriers, mais ils sont, par les prégnances religieuses, contre le pacs, contre l’avortement. Quand Yves Jégo se prononce pour, cela veut dire que, pour la droite, l’accès à la citoyenneté de résidence ne porte pas atteinte à la souveraineté nationale. De même quand certains de ses amis se prononcent pour le droit de vote au bout de dix ans. Ce qui signifie que la référence à la souveraineté n’est en réalité qu’un argument de circonstance.

Entretien réalisé par E.R.

Paul Oriol est l’auteur de Résidents étrangers, citoyens ! Plaidoyer pour une citoyenneté européenne de résidence, qui doit sortir bientôt chez Presse Pluriel (128 pages ; 10 euros, ou 12 euros avec port). Commandes à passer à l’Aseca, 74, rue des Jacobins, BP 2709, 80027 Amiens CEDEX.

Article paru dans l'édition du 5 novembre 2003.

Version impression Imprimer cet article
Envoyer cet article Envoyer cet article